4 étapes essentielles pour la rénovation d’un parquet ancien

Vous souhaitez redonner l’éclat et le charme à votre vieux plancher usé et terni ? La rénovation d’un parquet ancien nécessite quelques connaissances spécifiques.
Comment poncer un parquet quand l’entretien ne suffit plus à faire disparaître les tâches et les rayures ? Quelles solutions peuvent être envisagées : léger ponçage, rabotage, changement complet ?
Dans la plupart des cas, vous pourrez vous-même offrir une seconde jeunesse à votre parquet en respectant les étapes suivantes : préparation, ponçage et finition à l’aide d’un vitrificateur, d’une huile dure ou d’une cire. Mais il est fortement recommandé de demander l’avis d’un professionnel, au risque de vous lancer dans une rénovation inadaptée.
Faisons le point dans cet article sur les étapes indispensables à la rénovation d’un ancien parquet en bois massif.

1. Identifiez votre type de parquet

La première étape consiste à vous assurer qu’il est possible de rénover votre parquet. En effet, certains types de sol ne supportent pas les travaux que nous allons évoquer. Les différents revêtements en bois se distinguent par leur composition, leur épaisseur et leur pose.
Les parquets anciens
Les traditionnels parquets en bois massif sont composés d’une seule essence de bois (chêne, pin, châtaigner…). Esthétiques et résistants, ils possèdent une épaisseur de 23mm. La rénovation d’un parquet massif ancien dépend du degré d’usure : travaux superficiels ou rabotage complet.
Les revêtements de sol modernes
Les parquets flottants ou contrecollés comportent plusieurs couches pressées et assemblées entre elles. Certains d’entre eux sont recouverts d’une épaisseur de bois noble de 2,5 mm qui rend la rénovation envisageable en surface.
Les revêtements de sol stratifiés sont constitués de fibres de bois, d’un papier imitation bois et d’une couche de résine qui protège. On ne peut pas les restaurer, car la couche d’usure est trop fine.

2. Préparez votre chantier de rénovation parquet

Réunissez le matériel nécessaire. Maintenant que votre projet de rénovation d’un parquet ancien est validé, passons à l’équipement.
Pour rénover un parquet usé partiellement :

  • Aspirateur ;
  • Paille de fer ;
  • Racloir à parquet ;
  • Ruban de masquage ;
  • Spalter (pinceau plat) ;
  • Gants, masque et lunettes ;
  • Vitrificateur, cire ou huile dure.

À prévoir en plus, pour une rénovation complète d’un parquet très abîmé :

  • Ponceuse à parquet et bordeuse (disponible en location) ;
  • Papier abrasif de différents grains selon l’état du parquet.

Organisez-vous et nettoyez le sol à rénover. Selon l’ampleur de votre projet, il faudra étaler vos travaux de rénovation sur plusieurs jours. Pour un rabotage complet, prévoyez de vider complètement la pièce. Aspirez attentivement chaque lame de parquet avant de passer à l’étape suivante.

3. Poncez pour faire peau neuve

Étape indispensable à la rénovation d’un parquet ancien, le ponçage va permettre d‘éliminer les rayures et les tâches. Vous allez mettre à nu votre sol en retirant toute trace de cire ou de vernis, et rendre la surface lisse et uniforme.
Le ponçage génère de la poussière. Pensez à ouvrir les fenêtres et à vous équiper d’un masque et de lunettes pour vous protéger.

À la paille de fer
Vous pouvez l’utiliser en la fixant à vos chaussures, comme des patins que vous allez frotter en avançant. Elle permet de nettoyer et décaper les parquets encrassés, cirés ou vernis sans le risque de les abîmer. Pensez à mettre des gants pour la manipuler et travaillez toujours dans le sens du bois. Pour les angles, munissez-vous du racloir à parquet qui vous facilitera la tâche.
À la machine
Après avoir équipé votre ponceuse d’un abrasif, poncez en effectuant des bandes droites dans le sens des fibres, d’un mur à l’autre, puis faites demi-tour. Ne stationnez jamais, au risque de laisser des empreintes. Installez ensuite un papier à grain moyen sur votre machine, puis recommencez l’opération. Pour un résultat optimal, passez une troisième fois avec un grain fin.
Suivez les mêmes recommandations pour poncer le bord des murs à l’aide d’une bordeuse. Effectuez plusieurs passages avec différentes épaisseurs de papier abrasif, le long des plinthes et sans arrêter la machine.
Enfin, dépoussiérez la pièce avec votre aspirateur.

4. Appliquez la finition : vitrificateur, cire ou huile

Dernière étape de la rénovation de votre parquet ancien : appliquer une finition pour protéger et embellir votre sol. Pour une meilleure absorption, nous vous conseillons d’appliquer à nouveau le type de finition qui était en place sur votre parquet. Ouvrez les fenêtres pour évacuer les odeurs et faciliter le séchage.
Les vitrificateurs ou les vernis naturels s’appliquent en couches régulières à l’aide d’un spalter. Laissez sécher 24 h et renouvelez l’opération 3 fois.
La cire pour parquet s’enduit avec une brosse souple. Prévoyez d’appliquer 2 sous-couches de fond dur et 2 couches de cire en espaçant chaque passage de 24 h. Une fois séché, lustrez le sol à l’aide d’un chiffon. Les parquets cirés ne conviennent pas à des pièces très passantes et nécessitent un entretien plus fréquent (tous les 6 mois minimum).
L’huile dure remplit les mêmes fonctions que la cire tout en conservant l’aspect d’origine du bois. Elle s’applique avec une brosse ou un rouleau, en plusieurs couches également selon l’absorption du sol.
Dans les trois cas, attendez encore 48 h avant de replacer les meubles.

Maintenant, vous connaissez les étapes essentielles de la rénovation d’un parquet ancien. Il n’y a plus qu’à passer à l’action ! Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à contacter l’un de nos professionnels partenaires qui saura apporter une réponse personnalisée à votre projet.

Une maison en bois : Aménager et décorer sa maison avec du bois